Ma vie est formidable,

vos plantes vertes sont magnifiques !

lundi 21 juin 2010

672. Tante R.

Comme mon frère et mes quatre cousines, j'ai toujours appelé ma marraine « Tante R. », même si ce devrait être « Tante A.» en réalité. Je ne sais plus qui l'avait convaincue il y a fort longtemps de changer de prénom pour des raisons mystico-numérologiques, mais ce drôle de surnom inofficiel lui est toujours resté, jusque dans les adresses de nos cartes postales ou de courrier plus sérieux. Finalement, ça avait l'avantage de la distinguer de ma mère qui porte le même prénom en plus du même nom de famille.

Dotée d'une culture impressionnante et institutrice pendant de longues années avant sa retraite, c'est elle qui a donné le goût de l'enseignement à ses quatre nièces, qui ont elles-mêmes déjà transmis le virus aux trois de mes onze petits-cousins qui sont rentrés dans la vie professionnelle. (Il existe en effet un décalage d'une génération entre mes cousines et moi et je peux même me targuer d'avoir un oncle qui est arrière-grand-père.)

Ceux qui me connaissent savent que, si je connais bien l'art de la litote, je ne peux pas en dire autant de ceux de la ponctualité et du rangement. Eh bien je dois dire que ma tante a toujours eu la gentillesse de m'épargner la dernière place familiale dans ces deux domaines. Mais nos points communs ne s'arrêtent pas là et je pourrais citer en exemple mon amour des chats, mon grand intérêt pour la nature et sa protection ou encore son étourderie.

Je pourrais d'ailleurs aussi parler de sa simplicité, de son pragmatisme, de sa vivacité d'esprit, de sa façon de parler si naturellement de mon copain en disant « ton ami », mais ce sont des choses à raconter par des histoires qui n'ont pas leur place ici.

Pas spécialement croyante, ni crédule, elle a pourtant toujours répété qu'elle mourrait à l'âge de 84 ans parce qu'une certaine personne -- peut-être la même que celle pour le changement de prénom -- le lui avait prédit. Pour ma part, j'ai toujours su qu'elle irait allègrement jusqu'à 90, peut-être 100 ans.

Il se trouve que c'est justement aujourd'hui son 84e anniversaire et je pourrais avoir la crainte que la prédiction se réalise. Mais il se trouve -- une fois n'est pas coutume -- qu'elle avait cette fois un peu d'avance. Cela fait trois semaines qu'elle me manque.

Posté par anceps à 19:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Sylvain Laynivs :

    Sincèrement désolé.

    toutes mes pensées pour toi.

    Posté par Sylvain Laynivs, lundi 21 juin 2010 à 21:03

Poster un commentaire

Le nom et l'e-mail sont obligatoires (et un message aussi, d'ailleurs).

L'e-mail n'est pas rendu public sur le site.










(Mettre au maximum 2 liens par commentaire.)